Système d'information Logistique

 

 
PAR Thomas CORNIER, Chercheur –UMR IDEES – Département de Géographie – Université de Rouen.
 

Ÿ Présentation générale

 
L’étude SIGLOG, d’octobre 2012 à avril 2013, a recours à un système d’information géographique dans le but de cartographier qualitativement et quantitativement les flux conteneurisés transitant par le grand port maritime du Havre (GPMH).
 
L’originalité de la démarche tient dans l’utilisation des données issues du système informatique Delta C référençant les flux logistiques de l’origine à la destination finale. De ce fait, plusieurs séries de cartes de flux commerciaux conteneurisés transitant par le port du Havre ont pu être réalisées en prenant différentes échelles de lecture. Ces représentations se déclinent autant au niveau de l’hinterland/foreland national, européen que mondial avec l’idée est de mettre en avant l’influence commerciale réelle du port du Havre. Une approche par nomenclature de flux a aussi été menée pour disposer d’analyses plus précises par grandes filières de produits.
 
 

Ÿ Principes méthodologiques

 
L’outil de référence pour l’obtention d’un échantillon statistique consolidé repose sur la base de données Delta C, recensant les déclarations en douane. A travers cette base de données, les expéditeurs et destinataires des marchandises ont été isolés. Couvrant ainsi importations et exportations. A partir de cette étape, des traitements statistiques, un « tri à plat » et des classements permettant de mettre en avant les Etats ou régions concernées par ces échanges internationaux ont été réalisés. Sur le plan qualitatif, les produits déclarés, par le biais des chapitres de la nomenclature, ont également été traités.
 
La représentation des flux à l’échelle mondiale (expéditeurs, destinataires, import, export) a été ensuite dupliquée à l’échelle européenne puis française sur une catégorie de marchandises « test » : le chapitre « boissons et liquides alcooliques », filière la plus représentée dans les flux.
 
Les cartes se déclinent  également en anamorphose pour une représentation plus  innovante permettant de mettre en avant des Etats ou régions clés dans la dynamique des échanges conteneurisés vers et/ou depuis le port du Havre.
 
 

Ÿ Résultats

 
Les résultats montrent une domination de l’Asie pour les importations (8 Etats asiatiques dans les 10 premiers) et à l’inverse, une omniprésence de la France d’outre-mer dans les exportations (6 départements ou territoires d’outre-mer dans les 10 premiers). La Chine et les Etats-Unis sont dans les 5 premiers clients à l’import comme à l’export.A l’échelle européenne, l’Allemagne est fortement représentée parmi les importateurs en provenance du Port du Havre alors qu’à l’exportation, la Belgique, l’Italie voire le Royaume- Uni et l’Allemagne optent également pour ce port, y compris pour des marchandises partant de villes situées dans le proche hinterland des ports de Rotterdam, Anvers, Hambourg ou Londres. Néanmoins, l’écrasante majorité des flux ayant pour point de départ ou d’arrivée, l’Europe, ont pour référence la France métropolitaine.
Pour les flux de « boissons et alcools » en provenance ou à destination de la France métropolitaine, des déséquilibres existent. Les importations sont destinées à l’Axe Seine, en particulier à la Seine-Maritime et à la première couronne parisienne (Paris, Val de Marne, Hauts-de-Seine,...). A l’inverse, la carte des exportations met en avant les régions viticoles de France, en particulier le Bordelais qui concentre près d’un quart de ces flux, mais aussi la Bourgogne et la Champagne.

Résumé exécutif.pdf