Guichet Unique et performance Portuaire

 

Evolution des performances du port de Cotonou (Benin) suite à la mise en place du GUP
 
PAR Marie-Fanélie ROUSSE & Dominique ETIENNE (CETMEF)
 

Ÿ Présentation

 
Le projet vise à établir et à tester opérationnellement, dans le cas du port de Cotonou (Benin), une méthode de mesure de la performance du passage portuaire des marchandises conteneurisées dans le cadre d'un guichet unique portuaire.
 
Au delà du cas du port de Cotonou, l'étude doit faire ressortir les principaux aspects de la méthode dans l'optique de son utilisation dans des environnements portuaires et logistiques internationaux, afin d'offrir un appareillage technique et opérationnel visant à évaluer la performance du passage portuaire des marchandises et de mesurer les effets du guichet unique portuaire sur la fluidification du commerce.
 
Deux opérations doivent être conduites préalablement à l'analyse des performances: la sélection d'un ensemble pertinent d'indicateurs clé et la définition d'un pas de temps qui permettra, sur la durée de l'étude, d'observer l'évolution des mesures.

 

Ÿ Principes méthodologiques

 
Un logigramme a été établi, permettant de distinguer les différents processus portuaires (administratifs et logistiques) et l'enchaînement des étapes clés dans le traitement des marchandises. Ceci permet d'une part de définir à l'avance les horodatages nécessaires à l'étude des performances et d'autre part de déterminer les acteurs concernés et leurs interactions.
 
On détermine ensuite les différences (ou délais) clés reflétant le temps de traitement de la marchandise. Ces délais sont calculés grâce à la base de données fournie par le système et sont caractérisés par leur valeur médiane et par leur quantile Q80. Ce dernier reflète en effet un temps de traitement maximal des marchandises sur lequel peuvent raisonnablement compter les clients du port (dans 80% des cas). L'analyse des performances s'opère d'abord au plan global (évolution du temps de traitement total des conteneurs) dans les mois suivant la mise en place du GUP. Elle est ensuite affinée par processus, afin de mettre en perspective leurs performances et marges de progrès respectifs.
 
La dernière étape de la démarche consiste à identifier les points de vigilance pour assurer le maintien des performances portuaires, ainsi que les leviers d'action possibles pour les améliorer.

 

Ÿ Résultats
 

L'étude de cas du port de Cotonou fait ressortir que la mise en place du GUP s'est ensuivie d'une amélioration considérable du temps de passage des conteneurs à l'importation (objet du GUP et de l'étude) qui s'est trouvé divisé par 3 en 9 mois. La fiabilité du passage portuaire s'est également largement accrue, avec une nette convergence des quantiles Q90 et Q95 vers le Q80 après huit mois de mise en œuvre du GUP. L'étude a montré que certains acteurs ont été plus réactifs que d'autres, l'administration douanière disposant encore d'une certaine marge de manœuvre pour améliorer ses performances. Par ailleurs, l'analyse des données a mis en évidence que l'introduction de procédés complémentaires de contrôle était susceptible de perturber le niveau de performances portuaires.
 

Ÿ Conseiller scientifique
 
Banque Mondiale – Washington D.C. – Etats-Unis d’Amérique
 
 

Rapport intermédiaire.pdf