Navigation commerciale en Arctique canadien

ENSM

L’intensité des échanges commerciaux entre l’Asie du nord-est et l’Amérique du nord sitmule les fantasmes de routes alternatives au segment maritime du Pacifique Nord. L’ouverture du nouveau Canal de Panama pour 2015 en est une manifestation opérationnelle à court terme alors que les conséquences du réchauffement climatiques projettent une autre possibilité : la route Arctique plus courte et plus directe. Cette perspective alimente une abondante recherche académique et opérationnelle et les spécialistes Jean-François Pelletier et Emmanuel Guy ont mis en oeuvre une méthodologie unique couplant trois typologies de données :

  • nombre de voyages vers l’Arctique canadien
  • nombre de voyages en Arctique canadien
  • distances parcourues par les navires en Arctique canadien

La quantification des trafics en Arctique canadien en termes de milles marins apporte un nouvel éclairage sur l’empreinte du transport maritime sur l’environnement arctique et aborde la problématique des risques de la navigation. Dans ce contexte de prospective stratégique, il demeure somme toute pertinent de considérer l’actuel développement de la navigation commerciale dans l’Arctique canadien pour mieux soupeser les faisabilités économiques et logistiques d’une route massifiée nordique. La présente contribution fournit une analyse de l’évolution des pratiques maritimes arctiques depuis 2002. Dans le cadre de la tenue du colloque sur les stratégies maritimes en zone polaire, le délégué général de la fondation SEFACIL s'est associé aux deux chercheurs canadiens pour présenter une série de résultats et intervenir sur la table ronde sur les enjeux et opportunités économiques en zones polaires.